Surutilisation des antimicrobiens, résistance bactérienne et infections nosocomiales aux soins intensifs: comprendre, innover et intervenir pour réduire

 

Patricia Fontela

Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill

 

Domaine : santé de la mère, des enfants et des adolescents

Programme Chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 2

Concours 2019-2020

La résistance bactérienne est un grave problème mondial. Elle est fortement associée à la surutilisation des antibiotiques. Au niveau hospitalier, l'usage excessif d'antibiotiques est causé par leur prescription inutile pour les infections virales et par la prolongation de la durée des traitements antibiotiques pour les infections bactériennes au-delà des besoins des patients. Cela cause la sélection de bactéries résistantes aux antibiotiques. Ces bactéries, par exemple, le Clostridium difficile, peuvent infecter les patients hospitalisés et entraîner leur mort. Cela se produit car les antibiotiques actuellement disponibles ne sont pas toujours efficaces pour traiter les infections causées par des bactéries résistantes. Les soins intensifs, y compris les unités de soins intensifs pédiatriques (USIP), présentent les taux les plus élevés de résistance bactérienne, d'utilisation d'antibiotiques et d'infections nosocomiales du milieu hospitalier. Les bactéries résistantes trouvées dans l'USIP se propagent dans les hôpitaux puis dans la communauté. Environ 70% des patients admis aux l'USIP reçoivent au moins un antibiotique pendant leur séjour et, dans 33% des cas, un tel traitement est inutile.

Pour réduire la résistance bactérienne aux USIPs, je propose un programme de recherche ciblant les traitements antibiotiques prolongés, la prescription inutile d'antibiotiques et les infections nosocomiales. Je développerai des outils pour personnaliser la durée des traitements antibiotiques en fonction des besoins individuels des patients et pour améliorer le diagnostic différentiel entre les infections pulmonaires virales et bactériennes chez les jeunes enfants. Je vais également étudier si la transfusion de sang fraîchement donné augmente le risque d'infections nosocomiales.

La réduction de la résistance bactérienne est essentielle du point de vue médical et de santé publique. Mon programme de recherche produira des résultats qui diminueront de manière significative l'usage excessif d'antibiotiques et la résistance bactérienne dans les USIPs dans le but ultime d'améliorer la santé des enfants gravement malades.