Soins de première ligne pour populations vulnérables: peut-on prévenir et mieux soigner les comorbidités associées au VIH et au VPH?

 

Alexandra De Pokomandy

Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill

 

Domaine : santé des populations

Programme Chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 2

Concours 2018-2019

L'infection par le VIH ou par le virus du papillome humain (VPH) augmente les risques de cancer et d'autres comorbidités. Mon programme de recherche comprend 3 projets visant à prévenir et mieux soigner les comorbidités associées à ces infections.

L'étude CHIWOS (Canadian HIV Women's Sexual and Reproductive Health Cohort Study), est une cohorte de 1422 femmes vivant avec le VIH au Canada (Colombie-Britannique, Ontario et Québec), menée selon les principes de recherche participative. Le projet questionne la santé globale, reproductive et sexuelle des femmes, et évalue si l'offre de service répond à leurs besoins. L'étude implique trois questionnaires complétés aux 18 mois.

Le cancer anal est causé principalement par la persistance d'infections par des types de VPH à haut risque. L'étude EVVA (Étude du VPH, VIH et lésions anales) mesure la prévalence et l'évolution naturelle sur 2 ans des infections par le VPH et des lésions anales précancéreuses, chez les femmes vivant avec le VIH. Le génotypage complet du VPH détecté au niveau cervical et anal, les cytologies, et l'anuscopie sous haute résolution avec biopsies (la seule méthode diagnostique reconnue) chez toutes les participantes sont les grandes forces de cette étude.

Les hommes ayant des relations avec des hommes demeurent la population la plus à risque pour le cancer anal. L'étude LIMIT-HPV (Lubricant Investigation in Men to Inhibit Transmission of HPV), est un essai randomisé chez des hommes (VIH-négatifs et positifs) comparant un gel lubrifiant avec carragénine et un placebo, utilisés pendant un an, pour réduire la prévalence et l'incidence du VPH dans le canal anal.

Ce programme de recherche permettra de développer de nouvelles connaissances, d'avoir un impact significatif sur la prévention des comorbidités reliées au VIH et au VPH, et d'améliorer les soins de santé offerts aux populations vulnérables, ainsi que leur qualité de vie.