Rôle des auto-anticorps contre le fragment LG3 du perlecan dans l'insulte vasculaire lors du rejet de l'allogreffe rénale

 

Héloise Cardinal

Centre de recherche du CHUM

 

Domaine : maladies infectieuses et immunitaires

Programme chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 1

Concours 2014-2015

Pour les gens dont les reins ne fonctionnent plus, la transplantation rénale constitue le meilleur traitement. Cependant, il arrive que le rein greffé souffre de rejet. Ce rejet est plus sévère et difficile à traiter si les vaisseaux sanguins du transplant sont atteints. Pour l'instant, l'atteinte des vaisseaux se diagnostique par biopsie. La biopsie pose cependant des risques de saignement, est coûteuse, et nécessite une courte admission hospitalière. Il serait donc utile de pouvoir mesurer certaines molécules par une simple prise de sang pour savoir si les vaisseaux du transplant sont atteints, et suivre cette atteinte dans le temps. Quand les vaisseaux du rein greffé sont atteints par le rejet, les cellules qui recouvrent la paroi des vaisseaux meurent, et cela relargue des vésicules membranaires et d'autres protéines comme le LG3 qui accélèrent le rejet chez l'animal greffé directement ou via la formation d'anticorps (anti-LG3).

Nous proposons donc maintenant d'évaluer si les vésicules membranaires sont élevées dans le sang des patients ayant un rejet affectant la circulation du rein greffé par rapport aux rejets qui ne l'affectent pas, et si leur niveau est associé à une moins bonne fonction du transplant un an après le rejet. Nous évaluerons si, et dans quelles circonstances, les anti-LG3 peuvent être associés à une moindre fonction du greffon chez les sujets ayant un rejet et si la mesure des anti-LG3 avant la greffe peut aider à prédire quels patients seront plus à risque d'avoir un rejet atteignant les vaisseaux sanguins.

A ces fins, nous effectuerons la mesure des vésicules membranaires, du LG3 et des anti-LG3  sur le plasma de sujets transplantés du rein au Québec et au Manitoba, et qui ont participé à une base de données cliniques et biologiques depuis 1999, et verrons si ces marqueurs sont associés au devenir clinique.