Régulation de la douleur au niveau de la biosynthèse protéinique

 

Arkady Khoutorsky

Université McGill

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme Chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2018-2019

La douleur chronique est la première cause d'invalidité et de souffrance chez les humains. Les patients atteints de douleur chronique présentent fréquemment des signes de dépression, d'anxiété et de troubles du sommeil. De nombreuses maladies peuvent causer la douleur chronique, la plupart des cas étant dûs à un abaissement du seuil auquel les signaux de douleurs sont transmis, un phénomène appelé la sensibilisation. La sensibilisation maintenue à la douleur implique la synthèse de protéines permettant le changement de seuil à la douleur; par contre, les mécanismes régulant la synthèse protéique dans ce contexte, ainsi que l'identité et la fonction des protéines nouvellement synthétisées n'ont pas encore été élucidés.

L'information encodée dans nos gènes est d'abord utilisée comme modèle pour produire des molécules nommés ARNm dans un processus nommé la transcription. Ensuite, de nouvelles protéines sont générées à partir de l'ARNm dans un processus nommé la traduction d'ARNm. Les deux processus sont rigoureusement contrôlés dans les cellules et peuvent modifier la composition protéique de celles-ci. La plupart des études accomplies à ce jour sont centrées sur la régulation transcriptionnelle; pourtant, il a récemment été démontré que l'abondance des protéines dans la cellule est en grande partie déterminée par le taux de traduction d'ARNm. L'inhibition de la traduction allège la douleur chronique dans les modèles animaux, mais les mécanismes moléculaires et cellulaires sous-jacents demeurent inconnus.

Cette proposition vise à déchiffrer les mécanismes par lesquels la traduction d'ARNm promeut la sensibilisation à la douleur en identifiant les ARNm impliqués dans ce phénomène et en étudiant leurs fonctions. Cette étude pourrait permettre l'identification de nouvelles cibles moléculaires et le développement de meilleures thérapies pour alléger la douleur et améliorer la qualité de vie des individus vivant avec la douleur.