Redéfinir la gestion des polypes dans la prévention du cancer du côlon

 

Daniel Alexander Patrick von Renteln

Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM)

 

Domaine : cancer

Programme chercheurs-boursiers -cliniciens - Junior 1

Concours 2016-2017

Une personne sur 14 au Québec développe le cancer du gros intestin au cours de sa vie. Les médecins tentent de prévenir ce type de cancer en proposant des examens réguliers. Le but de ces examens est de trouver et d'enlever les lésions qui sont à risque de développer un cancer. De très petites lésions (jusqu'à 5 mm) sont très souvent constatées lors de l'examen avec un tube flexible et caméra (coloscopie). Enlever ces petites lésions peut entraîner des complications comme le saignement causé par des dommages de la paroi du gros intestin. Lorsque les médecins utilisent l'examen de radiologie (CT), ils ne suppriment pas les petites lésions; ils recommandent un contrôle 5 ans après. Un contrôle après 5 ans n'augmente pas le risque de cancer et diminue les coûts de soins de santé pour la société et pour les patients. La première étude de recherche examine si les patients seraient prêts à participer à une étude dans laquelle les polypes sont maintenus non-réséquée jusqu'au prochain examen de contrôle. Les lésions de taille de 6 à 19 mm dans le gros intestin représentent un risque de développement de cellules cancéreuses.

Par conséquent, elles doivent être complètement enlevées une fois trouvées. Les lésions ne sont souvent pas complètement éliminées parce que l'énergie électrique utilisée pour les découper brûle les tissus environnants ce qui rend difficile de voir si la lésion a été complètement enlevée. Au cours des dernières années, des instruments spécialisés (appelés "pièges à froid") qui peuvent réduire ces lésions sans énergie électrique ont été développés.

La deuxième étude compare les nouveaux pièges avec les anciens pièges pour voir si la suppression des lésions sans énergie électrique est complète plus souvent et pour voir s'il y a moins de complications causées par la nouvelle technique.