Programme d'amélioration des systèmes de traumatologie canadiens: la qualité à travers le continuum de soins

 

Lynne Moore

Centre de recherche du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec (CRCHA)

 

Domaine : santé des populations

Programme Chercheurs-boursiers- Junior 2

Concours 2016-2017

Les traumatismes représentent la première cause de décès chez les moins de 40 ans et la première cause d'années de vie perdues. Ils arrivent deuxième dernière les maladies cardiovasculaires en termes de coûts en soins aigus. L'approche des soins aux victimes d'un traumatisme diffère d'une province à l'autre et le fardeau économique et social varie significativement à travers le Canada. Cependant, nous en savons très peu du lien entre les deux. Mon programme de recherche vise à identifier les aspects des soins en traumatologie qui favorisent les meilleurs résultats cliniques (mortalité, complications, limitations fonctionnelles). Pour ce faire, ma recherche va répondre aux questions suivantes : i) Quels aspects des structures des soins en traumatologie (ex. accords de transfert entre les hôpitaux) favorisent de bons résultats cliniques? ii) Comment les trajectoires (soins pré-hospitaliers, hospitaliers, réadaptation et réintégration sociale) influencent-t-elles les résultats cliniques? iii) Est-ce que les établissements (hôpitaux, centres de réadaptation) ou les provinces qui utilisent plus d'imagerie, d'interventions et de consultations ont de meilleurs résultats cliniques? iv) Comment les approches de soins et les résultats cliniques en traumatologie au Canada se comparent-elles à d'autres pays à revenus élevés?

Ce programme de recherche va générer de l'information essentielle à l'amélioration des soins en traumatologie au Québec, au Canada et au niveau international. Il va favoriser l'amélioration des systèmes de traumatologie ainsi que l'optimisation des trajectoires de soins et l'utilisation de tests, interventions, et consultations. Cette recherche a donc le potentiel d'améliorer l'efficacité, réduire les coûts et améliorer le pronostic des victimes de traumatismes, réduisant ainsi le fardeau sociétal de ce grand problème de santé publique.