Prise en charge de l'hépatite C dans les populations vulnérables

 

Valérie Martel-Laferrière

Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal

 

Domaine :  services de santé

Programme chercheurs-boursiers-cliniciens  - Junior 1

Concours 2017-2018

Au cours des cinq dernières années, le traitement de l'hépatite C (VHC) s'est complètement transformé grâce à l'arrivée de nouveaux médicaments très efficaces et très bien tolérés.  En 2016, il est maintenant possible de traiter et de guérir théoriquement tous les patients infectés.  Or, maintenant que l'enjeu du traitement n'est plus l'efficacité des médicaments, on réalise pleinement que l'engagement des patients et des médecins est essentiel pour éliminer la maladie à grande échelle.
Le dépistage du VHC est un enjeu, car le patient développe des symptômes très tardivement. 

Actuellement, le dépistage est basé sur la présence de facteurs de risque tels que s'injecter des drogues ou avoir déjà eu une transfusion.  Cette stratégie manque une proportion très significative de cas.  On voit le même phénomène avec le VIH, une maladie ayant beaucoup de similitudes avec le VHC.  Le premier projet de ce programme de recherche propose d'évaluer le dépistage du VHC et du VIH de tous les patients consultant à l'urgence afin de déterminer si cette stratégie permet d'identifier assez de nouveaux cas pour justifier d'élargir cette façon de faire à tout le Québec.

De plus, l'engagement des patients dans des soins de santé après le diagnostic est sous-optimal, particulièrement chez les clientèles vulnérables dont les personnes toxicomanes.  L'évaluation prétraitement demande plusieurs tests et visites médicales.  Les patients vulnérables ont de la difficulté à compléter l'ensemble des analyses à effectuer avant d'initier un traitement et tendent à décrocher de leur suivi médical.  Le deuxième projet du programme vise à évaluer si une approche d'évaluation prétraitement en un seul rendez-vous permettrait d'initier un traitement chez un plus grand nombre de patients utilisateurs de drogues par injection que la stratégie traditionnelle en plusieurs rendez-vous.