Prévention du VIH au Botswana: l'utilisation de réseaux sociaux pour améliorer l'accès de jeunes femmes à des programmes de support structuraux

 

David Loutfi

Université McGill

 

Domaine : santé des populations

Programme : Formation de doctorat

Concours 2017-2018

Partenaire:

Unité SOUTIEN du Québec (Stratégie de recherche axée sur le patient)

Le VIH affecte 20% de la population adulte au Botswana. Les nouvelles infections sont les plus élevées chez les jeunes femmes, liées à l'éducation limitée, la violence sexuelle, et la nécessité d'avoir des relations sexuelles en échange d'argent. Ces jeunes femmes savent comment se protéger contre le VIH, mais ne sont pas en mesure de se protéger (ex. l'utilisation du préservatif). Les opportunités économiques pourraient les aider à réduire leur dépendance sur les rapports sexuels transactionnels.

Un projet au Botswana teste une intervention pour améliorer l'accès des jeunes femmes à des programmes de soutien (ex. pour mettre en place une petite entreprise). Ce projet organise des ateliers pour les jeunes femmes sans travail pour les aider à accéder aux programmes. Cependant, il a été difficile d'identifier et d'inviter les plus vulnérables à ces ateliers. Cette recherche vise à développer un moyen plus efficace de les atteindre. D'abord, les jeunes femmes et des membres de la communauté identifient les jeunes femmes qui pourraient bénéficier de ces programmes. Nous interviewons ce premier groupe de jeunes femmes, et leur demandons d'identifier d'autres jeunes femmes, que nous allons interviewer à leur tour. Ceci continue jusqu'à ce qu'aucune nouvelle femme ne soit nommée dans une communauté. Cette méthode utilise les réseaux sociaux existants pour identifier et recruter les plus vulnérables des jeunes femmes.

Ensuite, nous allons analyser leurs réseaux sociaux. Nous discuterons ensuite de ces analyses avec les jeunes femmes et d'autres membres des communautés pour développer conjointement un plan pour atteindre les jeunes femmes vulnérables dans d'autres communautés. L'objectif est d'améliorer l'accès à des services de soutien pour les jeunes femmes, et d'habiliter les jeunes femmes à faire des choix pour se protéger du VIH. Les résultats pourraient être utiles pour atteindre les groupes vulnérables au Canada.