Prévention des insultes immunologiques aux greffes renales

 

Ruth Sapir-Pichhadze

Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill

 

Domaine : santé des populations

Programme Chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 1

Concours 2018-2019

La transplantation rénale sauve la vie de patients atteints d'insuffisance rénale. Les candidats à la transplantation sont soumis à un test appelé typage HLA, qui identifie les protéines du sang appelées antigènes leucocytaires humains (HLA). Les marqueurs HLA situés sur la surface de la cellule permettent de différencier le «soi» et le «non-soi». Lorsque le système immunitaire reconnaît quelque chose qui ne lui appartient pas, comme une invasion de bactéries ou de virus, il l'attaque. De même, le système immunitaire attaque les HLA sur les organes transplantés lorsqu'il reconnaît les HLA du donneur comme différents. D'autre part, lorsque les donneurs et les patients partagent les HLA, on dit qu'ils sont compatibles, et le rejet est moins susceptible de se produire.

Il est difficile d'obtenir une compatibilité HLA parfaite entre donneurs et receveurs. Ainsi, pour diminuer le risque de rejet, la transplantation est poursuivie uniquement lorsque les receveurs n'ont pas d'anticorps préexistants contre les HLA du donneur. Cette stratégie, cependant, empêche la formation de nouveaux anticorps après la transplantation. De nouveaux anticorps contre les HLA du donneur se développent en réponse à des épitopes non-soi dans les molécules HLA. Les épitopes sont des morceaux plus petits de la protéine HLA qui sont significativement différents d'une personne à l'autre. Certaines divergences entre les épitopes des donneurs et des receveurs peuvent entraîner des anticorps plus fréquemment que d'autres.

Notre objectif est de mieux caractériser les épitopes susceptibles d'entraîner des anticorps et des rejets. Nous évaluerons si ce risque change en fonction de l'exposition des patients aux médicaments qui suppriment le système immunitaire. À l'avenir, cette information peut guider la façon de faire correspondre les patients avec les donneurs desquels ils sont moins susceptibles de subir un rejet et de permettre aux transplantations de rein de servir les patients pour toute leur vie.