Préservation de la contractilité et de la structure des cardiomyocytes dans l'insuffisance cardiaque

 

Mannix Auger-Messier

Centre de recherche clinique Étienne-Le Bel du CHUS

 

Domaine : santé circulatoire et respiratoire

Programme chercheurs-boursiers Junior 1

Concours 2014-2015

À l'échelle canadienne, les maladies cardiovasculaires sont responsables des taux de morbidité et de mortalité les plus élevés. La diminution de contractilité du myocarde observée chez les patients souffrant d'insuffisance cardiaque est fatale. Comprendre par quels mécanismes moléculaires les cardiomyocytes (cellules cardiaques contractiles) préservent leur intégrité structurelle et fonctionnelle est donc primordial au développement de nouvelles stratégies thérapeutiques pour contrer la progression des maladies cardiaques. Initialement, le coeur faisant face à divers stress (hypertension, infarctus du myocarde, diabète, etc.) tente de gérer l'insulte par l'augmentation bénéfique de sa masse musculaire et de sa force de contraction. Pourtant, certaines des protéines nécessaires à l'établissement de cette réponse d'adaptation sont aussi responsables, lorsqu'activées de façon chronique, de la perte progressive d'intégrité structurelle et fonctionnelle du coeur.

L'impact de la protéine kinase p38 sur le muscle cardiaque est un exemple éloquent. D'une part, l'action de cette enzyme est essentielle à la survie des cardiomyocytes en situation de stress. Toutefois, la kinase p38 diminue aussi la contractilité cardiaque ce qui, à long terme, précipite l'apparition de l'insuffisance cardiaque. Puisque les protéines « dual-specificity phosphatases » (DUSPs) sont connues pour freiner l'activité de la kinase p38, nous pensons que ces phosphatases jouent un rôle essentiel dans l'évolution des maladies cardiaques. D'ailleurs, certaines DUSPs sont exprimées dans le coeur.

De plus, les protéines « ArfGAP with dual PH domains » (ADAPs) nouvellement identifiées semblent aussi moduler l'activité de la kinase p38 chez les cardiomyocytes. Nous voulons ainsi évaluer l'importance et l'efficacité des protéines DUSPs et ADAPs à contrer l'action pathologique de la MAPK p38 afin de maintenir l'intégrité structurelle et fonctionnelle du myocarde. Notre objectif à plus long terme est d'apporter de nouvelles avenues thérapeutiques pour améliorer la santé et la qualité de vie des patients insuffisants cardiaques.