Polymédication et diabète : une réalité bénéfique ou nocive pour l'individu âgé?

 

Marie-Eve Gagnon

Université du Québec à Rimouski (UQAR)

 

Domaine : Vieillissement

Programme : Formation de maîtrise pour les détenteurs d'un diplôme professionnel

Concours 2016-2017

Partenaire:

Unité SOUTIEN du Québec (Stratégie de recherche axée sur le patient)

Environ le quart des aînés québécois sont atteints de diabète. Ils présentent aussi pour la plupart plusieurs autres maladies, de sorte que le nombre de médicaments qu'ils utilisent est souvent très élevé. Or, les aînés exposés à de telles polypharmacies sont plus à risque de recevoir des médicaments inappropriés. On ne connait toutefois pas la situation actuelle quant à l'utilisation inappropriée ou injustifiée de la médication chez les aînés québécois atteints de diabète.

Le but du projet est donc de déterminer la proportion des aînés québécois atteints de diabète qui sont exposés à un traitement optimal de leur maladie, et la proportion qui reçoit des médicaments inappropriés, en évaluant si la qualité de la thérapie est en lien avec le nombre de médicaments qui est utilisé.

Nous utiliserons la banque du Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ) de l'Institut national de santé publique du Québec pour étudier la polypharmacie chez les aînés québécois atteints de diabète. Nous obtiendrons donc un portrait global de toute la population. En connaissant mieux le type de polymédication utilisée, il sera possible de guider les professionnels de la santé pour favoriser un usage optimal des médicaments.