Plasticité neuronale dans les comportements adaptatifs et pathologiques

 

Said Kourrich

Université du Québec à Montréal [UQAM]

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme Chercheurs-boursiers - Senior

Concours 2019-2020

Tout au long de notre vie, nous sommes confrontés à divers types d'expériences qui vont ensuite façonner nos comportements ou conduire à des maladies psychiatriques. Comme modèles d'expériences de vie, nos recherches portent à la fois sur les mécanismes cellulaires par lesquels l'exposition aux drogues psychostimulantes conduit à la dépendance (p. ex. cocaïne), et sur les mécanismes impliqués dans les processus de mémoire. En effet, même après un sevrage, les souvenirs associés à la prise de drogues peuvent déclencher un désir immédiat pour la drogue et mener à une rechute.

Notre objectif principal réside dans les mécanismes cellulaires responsables du développement et de la pérennité de la toxicomanie—l'un des troubles psychiatriques les plus répandus au monde. Au Canada, le fardeau social et économique de la prise en charge des maladies mentales (incluant la toxicomanie) est estimé à 51 milliards de dollars/an, sans compter les conséquences dévastatrices sur la structure familiale. Considérant qu'environ 41% d'étudiants au secondaire au Québec ont utilisés des drogues d'abus (toutes drogues confondues) au cours des 12 derniers mois, les risques de développer une dépendance chez la jeune génération sont élevés. Malgré des décennies de recherches, les traitements restent symptomatiques, et une proportion importante d'individus toxicomanes semble résistante à ces traitements. Pour stimuler le développement de nouvelles pharmacothérapies ou offrir des solutions alternatives aux individus résistant aux traitements actuels, il faut identifier de nouveaux mécanismes d'action des drogues d'abus.

Nos recherches visent à identifier ces mécanismes, puis utiliser une approche intégrative allant de la biologie moléculaire au comportement pour mieux comprendre leur participation au développement et au maintien de la toxicomanie. L'importance de notre travail réside dans sa capacité à identifier à la fois les mécanismes biologiques impliqués dans la dépendance aux drogues, et promouvoir le développement de nouveaux traitements pour mieux lutter contre la toxicomanie.