Plasticité cérébrale: mécanismes de base, vieillissement et stratégies de remédiation

 

Étienne De Villers-Sidani

Centre universitaire de santé McGill [CUSM]

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme chercheurs-boursiers - Junior 2

Concours 2017-2018

Quantité d'études scientifiques récentes démontrent que le cerveau adulte conserve une étonnante capacité à modifier ses connections. Cette malléabilité, aussi appelée plasticité cérébrale nous permet d'apprendre de nouvelles compétences et est essentielle à toute récupération à la suite d'un trouble neurologique. Les mécanismes de base impliqués dans la régulation de cette plasticité et des meilleurs moyens de la guider pour optimiser la récupération ne sont toutefois toujours pas bien compris. Ceci a pour effet de limiter l'efficacité de nos méthodes de réhabilitation, surtout chez les personnes vieillissantes qui ont tendance à moins bien récupérer que les jeunes adultes ou les enfants.

Ce programme de recherche propose d'utiliser le système auditif du rat et de l'humain comme modèle pour mieux comprendre comment l'expérience sensorielle et l'âge affectent les mécanismes de plasticité du cerveau. En utilisant des méthodes de neuro-imagerie synergiques et complémentaire à la fine pointe de la technologie comme des enregistrements de neurones individuel guidés par la lumière et la magneto-encéphalographie, nous espérons déterminer comment manipuler efficacement la plasticité du cerveau.

Les expériences proposées utiliseront des modèles animaux où nous identifierons spécifiquement comment le cortex cérébral de jeunes et plus vieux rats réagit à divers stimuli susceptible d'influencer la plasticité. Ces manipulations se feront en parallèle d'études faites chez les humains où nous évaluerons comment exactement l'entrainement cognitif ou la stimulation sensorielle changent les connections du cerveau et améliorent les fonctions perceptuelles et cognitives.