Patients complexes aux soins intensifs: modèle de prédiction de risque et les résultats des soins de longue durée

 

Jason Shahin

Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (CUSM)

 

Domaine : services des populations

Programme chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 1

Concours 2016-2017

Les médecins qui travaillent dans les unités de soins intensifs sont appelés quotidiennement à prendre des décisions de vie ou de mort pour leurs patients. Ils s'appuient pour ce faire sur l'expérience clinique et la connaissance médicale. Des outils de prédiction existent pour les assister à prendre ces décisions difficiles.

Il existe de bons outils pour prédire la mort chez le patient hospitalisé aux soins intensifs. Toutefois, il n'en existe pas pour le cas précis du patient "chroniquement" en soins critiques. Ces sont ceux qui ont souffert d'une maladie aigue grave et ont été incapables de se rétablir. Pour ces patients, on doit installer une trachéostomie pour faciliter les soins. Certain patients avec trachéostomie deviendront dépendants du respirateur, et auront une piètre qualité de vie si jamais ils arrivent à quitter les soins intensifs.

Comme la plupart des patients concernés sont trop malades pour prendre eux-mêmes les décisions sur leurs soins, cette responsabilité revient à leurs proches. Des études ont démontré que les proches considèrent qu'ils reçoivent trop peu d'information sur des aspects importants de la prise de décision de trachéostomie.

Nous devons développer de meilleurs outils de prédiction pour les patients chroniquement en soins critiques, ainsi que de meilleurs outils de communication, particulièrement pour les patients qui nécessitent des trachéostomies.

Les objectifs de ce programme de recherche sont : 1) Développer un outil de prédiction de l'évolution à long terme des patients avec trachéostomie aux soins intensifs et 2) Examiner la communication entre les cliniciens et les proches au sujet des trachéostomies. Ces deux volets aideront directement les cliniciens, les proches et les aidants dans les prises de décision. Finalement, cela permettra de réduire la souffrance des patients chroniquement en soins critiques.