Origine développementale des perturbations endocriniennes et psychiatriques chez l'enfant

 

Tuong-Vi Nguyen

Centre universitaire de santé McGill [CUSM]

 

Domaine :  neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme chercheurs-boursiers-cliniciens - Junior 1

Concours 2017-2018

Les perturbations endocriniennes pendant la puberté augmentent jusqu'à 2-11 fois le risque de trouble de l'humeur et de trouble anxieux ainsi que l'usage de drogues et de comportements délinquants. Plusieurs théories existent pour expliquer ce phénomène, y compris des hypothèses psychosociales (déconnexion avec les pairs), biologiques (effets hormonaux) et génétiques (effets maternels ou paternels).

Cependant, ce qui manque jusqu'à ce jour est une compréhension complète des mécanismes biologiques et génétiques reliant les troubles endocriniens aux troubles psychiatriques. Il semble que les perturbations endocriniennes et la structure du cerveau au début de la puberté sont héréditaires, et que les altérations dans des séquences génétiques héritées du père ont tendance à affecter à la fois le système endocrinien et le fonctionnement du cerveau. Ceci suggère que les troubles endocriniens et psychiatriques peuvent partager une origine évolutionnaire commune, potentiellement transmissible du père à l'enfant.  

Le programme de recherche visé par la présente application a pour but de :

  • Déterminer les trajectoires de développement du cerveau associées à la puberté;
  • Étudier l'impact de la structure du cerveau sur la relation entre le système endocrinien et les troubles psychiatriques;
  • Caractériser la contribution paternelle aux troubles endocriniens et psychiatriques chez l'enfant. 


Pour atteindre ces objectifs, nous allons utiliser deux échantillons de grande taille, les cohortes NIHPD (n=433 enfants âgés de 1-22 ans, avec des données hormonales, cognitives et des IRMs) et 3D (635 trios père-mère-enfant suivis de la période prénatale jusqu'à 6 ans post-partum).  

Les résultats provenant de ce programme pourront être utilisés pour conseiller les familles quant à la comorbidité entre les troubles endocriniens et psychiatriques chez l'enfant et quant à la contribution paternelle au développement de l'enfant, avec pour but à long terme de réduire l'incidence et la prévalence des troubles endocriniens et psychiatriques chez les jeunes du Québec.