Nlrx1 agit comme un inhibiteur endogène de la sclérose en plaques

 

Gharagozloo Marjan

Université de Sherbrooke

 

Domaine : Maladies infectieuses et immunitaires

Programme : Formation de doctorat

Concours 2017-2018

Partenaire:

Société canadienne de la sclérose en plaques

Le système immunitaire est un riche réseau de cellules, de tissus et d'organes qui aide à protéger le corps contre les bactéries, les virus, les infections fongiques et les parasites. Ainsi, il élimine divers produits métaboliques et maintien l'homéostasie. La régulation de la réponse immunitaire est un facteur clé dans de nombreuses maladies, y compris les maladies auto-immunes tel qu'une réponse immunitaire anormale contre les tissus du corps. La sclérose en plaques (SP) est une maladie auto-immune qui se manifeste par différentes cellules du système nerveux central qui sont attaquées par les cellules immunitaires activées, incluant les lymphocytes T. Ces cellules reconnaissent des protéines dans la gaine de myéline, qui recouvre la projection des cellules nerveuses (appelées l'axone), empêchant ainsi la conductance du potentiel d'action.

Un individu sain à élégamment des cellules T qui attaque la myéline, cependant l'activation de ces cellules est inhibé par des mécanismes endogènes. L'une de ces molécules endogène contrôlant l'inflammation est Nlrx1. Cette molécule se trouve dans les cellules immunitaires, y compris les lymphocytes T et les macrophages. Auparavant, nous avons montré que Nlrx1 inhibe la progression de la SP. À ce jour, aucune information ne nous indique si Nlrx1 peut empêcher le déclenchement de la SP.

Pour répondre à cette question, nous utiliserons des souris génétiquement modifiées qui ne possédant pas de Nlrx1 et qui ont plus de cellules T qui peuvent attaquer la myéline. Nos données préliminaires ont démontré que ces souris développent des symptômes de SP de façon spontanée. Nous allons utiliser ce modèle de souris pour étudier les mécanismes de protection de Nlrx1 contre la SP. De plus, nous allons évaluer l'expression de Nlrx1 chez les patients atteints de SP. Les résultats de cette recherche pourraient avoir un impact significatif sur le développement de nouveaux traitements pour prévenir la SP.