Modulation du comportement anxieux et de la mémoire par le contexte émotionnel : dissection des voies de projections des noyaux du raphe

 

Bénédicte Amilhon

Centre hospitalier universitaire Sainte Justine

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme Chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2018-2019

La formation de souvenirs dans des contextes émotionnels chargés, qu'ils soient positifs comme les moments de joie intense ou négatifs tels qu'un fort stress, laissent une empreinte durable dans la mémoire. Notre mémoire est ce qui détermine notre comportement ; cela est particulièrement vrai pour les souvenirs formés dans des situations de stress, qui peuvent se montrer vitaux pour la survie. Un individu doit se souvenir précisément où, quand, comment un danger a été rencontré pour pouvoir répondre de façon adéquate à des situations similaires futures. Chez l'homme, l'exposition à des situations traumatiques peut engendrer un dysfonctionnement de ce processus de mémorisation en lien avec le contexte émotionnel, et peut résulter en des troubles tels que l'anxiété généralisée ou le syndrome de stress post-traumatique.

Mon programme de recherche vise à comprendre dans le détail les circuits neuronaux qui sous-tendent l'influence des émotions sur la formation de souvenirs et s'intéresse principalement aux interactions entre deux régions du cerveau : d'une part l'hippocampe ventral (HPv) qui joue un rôle dans le comportement anxieux et dans la formation de mémoire en lien avec les émotions ; d'autre part le raphé, et notamment les neurones utilisant la sérotonine (5-HT) comme neurotransmetteur, qui sont impliqués dans la régulation d'une vaste palette de processus émotionnels. Les neurones 5-HT envoient des projections à l'HPv et sont en excellente position pour influencer le réseau de neurones de l'HPv et les comportements associés. L'objectif principal est d'enregistrer et de manipuler l'activité des neurones 5-HT du raphé qui projettent à l'HPv, pour comprendre leur rôle dans les processus de mémoire en lien avec les émotions. Les résultats obtenus permettront de mieux comprendre la circuiterie cérébrale de l'anxiété normale et pathologique, les facteurs de vulnérabilité au syndrome de stress post-traumatique et de révéler de nouvelles cibles pour son traitement.