Métabolisme bioénergétique et réponse fonctionnelle des cellules inflammatoires : Étude de facteurs endogènes et environnementaux

 

Martin Pelletier

Université Laval

 

Domaine : appareil locomoteur et arthrite

Programme Chercheurs-boursiers - Junior 2

Concours 2018-2019

Une réponse inflammatoire inadéquate contribue au développement et à la progression de maladies chroniques comme la goutte, la polyarthrite rhumatoïde, la colite ulcéreuse et les syndromes auto-inflammatoires. Bien que le traitement de ces maladies se soit grandement amélioré au cours des années, la sélection d'une stratégie thérapeutique optimal est fréquemment retardée par une stratification inadéquate des patients. Afin d'améliorer les soins aux patients et de développer de nouvelles stratégies thérapeutiques, mon programme de recherche vise l'identification des mécanismes moléculaires à la base de l'inflammation et ainsi déterminer le rôle de facteurs impliqués dans le déclenchement, le maintien et la résolution de l'inflammation dans les maladies chroniques.

Plus spécifiquement, nous étudions les facteurs environnementaux et les facteurs de l'hôte qui modulent le métabolisme énergétique et les réponses fonctionnelles des cellules inflammatoires. Dans un premier temps, nous caractérisons les effets de modulateurs endocriniens sur le métabolisme bioénergétique des cellules inflammatoires afin d'identifier des effets méconnus de ces substances chimiques et d'expliquer comment elles contribuent à l'inflammation. Dans un deuxième temps, nous caractérisons les évènements bioénergétiques impliqués dans l'activation aberrante des cellules inflammatoires dans la goutte, la polyarthrite rhumatoïde et la colite ulcéreuse. Finalement, nous caractérisons le profil de production de molécules inflammatoires des globules blancs de patients atteints de syndromes auto-inflammatoires afin d'accélérer le diagnostic de ces maladies rares et mener à la sélection du meilleur traitement pour chaque patient.

Ce programme de recherche mènera à une meilleure compréhension des mécanismes menant à l'activation inappropriée des cellules inflammatoires et permettra une approche basée sur le métabolisme et l'activation cellulaire pour évaluer l'efficacité des traitements actuels, avec l'espoir de développer des biomarqueurs améliorées et de nouveaux outils thérapeutiques, nous rapprochant ainsi d'une médecine personnalisée des maladies inflammatoires chroniques.