Mécanobiologie du cancer: rôle intégrateur de la contractilité cellulaire sur le potentiel métastatique cellulaire

 

François Bordeleau

Centre hospitalier universitaire de Québec

 

Domaine : cancer

Programme Chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2018-2019

La rigidité du tissu environnant augmente graduellement lors de la progression tumorale. Ce changement d'ordre physique constitue un facteur de risque reconnu. En effet, plus une tumeur est rigide, plus les chances d'observer des métastases sont élevées. Toutes cellules présentes dans cet environnement finissent éventuellement par s'y adapter et devenir différentes de leur état initial. Une des différences majeures entre les cellules tumorales et leurs contreparties saines est leur habileté contractile supérieure. La contractilité accrue des cellules tumorales est en fait directement proportionnelle à leur potentiel métastatique. Cependant, notre compréhension des mécanismes qui font en sorte que les cellules tumorales soient plus contractiles reste vague. Il demeure incertain si cette contractilité accrue est une cause ou une conséquence de l'évolution tumorale.

Dans ce contexte, nous cherchons à comprendre comment les cellules tumorales peuvent acquérir des propriétés contractiles aberrantes et quelles sont les conséquences de tels changements sur leur habileté à interagir avec leur environnement immédiat ainsi que sur leur potentiel métastatique. Spécifiquement, nous sommes intéressés par certaines protéines ayant un rôle modulateur sur la contractilité cellulaire, et comment en retour, une modulation de la contractilité peut elle-même mener à l'expression de différents variants d'une même protéine. En fait, un grand nombre de protéines ont une ou plusieurs formes alternatives qui peuvent avoir des fonctions parfois opposées.

Nous croyons donc pouvoir mettre en lumière les éléments qui influencent la mécanique des cellules, autant dans le contexte des cancers que dans d'autres pathologies. Les objectifs à long terme de ce programme de recherche visent à permettre le développement de stratégies thérapeutiques et d'outils diagnostiques axés sur la régulation aberrante des propriétés mécaniques des cellules tumorales.