Mécanismes moléculaires et cellulaires régulant la présentation antigénique mitochondriale dans le cadre des maladies neurodégénératives

 

Diana Matheoud

Centre hospitalier de l'Université de Montréal [CHUM]

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme Chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2019-2020

Les maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques ou encore la sclérose latérale amyotrophique, sont liées à des dysfonctionnements de la mitochondrie, l'organelle responsable de la production d'énergie dans la cellule. Il a également été démontré que le système immunitaire serait en partie responsable de ces maladies. Cependant il n'existait pas jusqu'à présent un lien entre le système immunitaire et le dysfonctionnement mitochondrial. Nous avons récemment démontré qu'une nouvelle voie de présentation antigénique des protéines mitochondriales (MitAP) représentait un lien entre le dysfonctionnement mitochondrial et l'activation du système immunitaire. En effet, cette voie est régulée par deux protéines, codées par deux gènes liés à la maladie de Parkinson, PINK1 et Parkin qui n'ont pas seulement un rôle dans l'homéostasie mitochondriale mais également dans le système immunitaire, faisant pour la première fois le lien entre ces deux composants de la maladie.

Mon projet de recherche vise à élucider le rôle de MitAP dans les maladies neurodégénératives et notamment rechercher les conséquences d'une telle réponse chez les patients atteints, c'est-à-dire une réponse autoimmune puis qu'il s'agit de présentation d'antigènes du soi. Par ailleurs je recherche les partenaires moléculaires qui pourraient jouer un rôle dans la voie de présentation antigénique MitAP et qui pourraient donc représenter de potentielles cibles thérapeutiques. De plus, mon projet a pour but de comprendre comment sont tolérés par l'organisme les antigènes mitochondriaux; en d'autres termes, comment la mitochondrie, qui est une organelle d'origine bactérienne, n'est pas reconnue comme corps étranger par l'organisme et ne déclenche pas de réponses autoimmunes en conditions normales. Le concept de MitAP peut modifier profondément notre vision de la maladie de Parkinson et d'autres maladies neurodégénératives, car l'introduction d'une composante autoimmune affecterait les approches thérapeutiques pour la prise en charge de ces maladies.