Mécanismes des désordres cardiométaboliques affectant les survivants de la leucémie lymphoblastique aiguë: Rôle préventif et thérapeutique de la nutrition

 

Valérie Marcil

Centre de recherche du CHU Sainte-Justine

 

Domaine :  nutrition et métabolisme

Programme chercheurs-boursiers  - Junior 1

Concours 2017-2018

Grâce à l'optimisation des traitements, le taux de guérison de la leucémie lymphoblastique aiguë (LLA) pédiatrique atteint maintenant 80%. Cependant, plusieurs survivants de la LLA pédiatrique seront aux prises avec des effets secondaires à long terme dus en partie à la toxicité des traitements. Les données de notre laboratoire démontrent une forte prévalence de complications cardiométaboliques dans cette population, soit l'obésité, la résistance à l'insuline, l'hypertension et les dyslipidémies.

Toutefois, les études réalisées à ce jour ne permettent pas de déterminer les causes exactes de ces complications. Alors qu'il est reconnu que la nutrition joue un rôle important dans le développement des complications cardiométaboliques, son impact chez les survivants des cancers est peu connu. Ce programme de recherche a pour buts généraux de déterminer les mécanismes expliquant l'apparition de ces effets secondaires à long-terme et le rôle de la nutrition dans leur développement.
Notre équipe de recherche a découvert que plusieurs survivants de la LLA pédiatrique présentent des altérations importantes dans la composition certains transporteurs de cholestérol nommés lipoprotéines de haute densité, ou HDL. Ce phénomène est observé en parallèle à des niveaux accrus de stress oxydant et d'inflammation.

Sachant que le HDL est un  puissant prédicteur négatif des événements cardiovasculaires, nous planifions: (1) évaluer la taille, la composition et la fonction des particules HDL en lien avec les niveaux de stress oxydant, d'inflammation et les complications cardiométaboliques des survivants ; (2) explorer les mécanismes en étudiant la composition de la flore intestinale et les changements épigénétiques et ; (3) évaluer l'impact d'une intervention nutritionnelle chez les enfants sous traitements de chimiothérapie.

Mieux comprendre les causes de ces complications permettra sans contredit d'identifier de nouvelles cibles thérapeutiques pour la prévention, le diagnostic et le traitement de cette population.