Logement, itinérance et troubles mentaux: vers une perspective d'intégration dans la communauté

 

Laurence Roy

Institut universitaire en santé mentale Douglas

 

Domaine : Neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme Chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2016-2017

 

Les orientations actuelles en matière de santé mentale misent sur l'intégration dans la communauté des personnes vivant avec un trouble mental. Au Québec comme ailleurs, cette intégration est compromise par l'itinérance ou l'instabilité résidentielle que vivent plusieurs personnes ayant un trouble mental. Les approches d'intervention auprès de ces personnes se sont caractérisées par leur nature réactive à la situation d'itinérance, plutôt que préventive, une vision axée davantage sur les problèmes individuels que sociaux et des pratiques fragmentées entre services de santé, sociaux, policiers et judiciaires.

Les objectifs de la programmation sont d'identifier ce qui influence l'intégration dans la communauté des personnes itinérantes ayant un trouble mental, de documenter le risque d'itinérance et la situation résidentielle après un premier épisode de trouble mental et d'examiner ce qui favorise l'adoption de meilleures pratiques des intervenants auprès de cette population.

Quatre projets sont proposés pour répondre aux objectifs de la programmation. Le premier projet vise à étudier comment la situation résidentielle évolue suite à la participation à une intervention de soutien en logement, et comment cette évolution influence l'intégration dans la communauté des personnes itinérantes ayant un trouble mental. Le deuxième projet vise à comprendre comment les trajectoires judiciaires des personnes itinérantes ayant un trouble mental influencent leurs perspectives d'intégration dans la communauté. Le troisième projet permettra de comprendre la situation résidentielle, le risque d'itinérance et celui d'instabilité résidentielle au moment du premier contact des personnes avec les services de santé mentale, ainsi que les facteurs qui leur sont associés. Le quatrième projet consiste en une stratégie d'échange de connaissances visant à diminuer l'implication judiciaire des personnes itinérantes ayant un trouble mental et à établir un dialogue auprès des policiers et intervenants travaillant avec la clientèle cible.