Ligature thermo-fusion de l'artère pulmonaire dans les lobectomies par thoracoscopie. « From bedside to bench and back to bedside. » Étude prospective internationale, multicentrique, de phase 2 portant sur l'utilisation de l'énergie ultrasonique lors de la ligature de l'artère pulmonaire durant une lobectomie par thoracoscopie et l'analyse coût – efficacité

 

Moishe Liberman

Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal

 

Domaine : cancer  (techniques, mesures et systèmes)

Programme chercheurs-boursiers-cliniciens - Senior

Concours 2017-2018

Le traitement standard d'un cancer du poumon de stade précoce est la lobectomie.  La lobectomie par thoracoscopie (VATS) permet une résection anatomique efficace et minimalement invasive.

La lobectomie par VATS est associée à une réduction significative des complications post-opératoires, une durée de séjour plus courte, un retour plus rapide à son état de base et une meilleure tolérance aux traitements de chimiothérapie adjuvante comparé à la lobectomie par thoracotomie.

Bien que la lobectomie par VATS soit efficace, elle n'est pas dénudée de toute complication.  Un saignement dû à une avulsion d'une branche de l'artère pulmonaire (AP) peut être particulièrement catastrophique.  Actuellement, seulement une minorité des lobectomies se font par VATS.  Nous croyons qu'en diminuant les manipulations des branches artérielles, nous pourrions rendre l'approche par VATS plus sécuritaire et davantage favorisée.

À ce jour, la ligature et la section des branches artérielles de l'AP sont effectuées à l'aide d'endo-agrafeuses.  Les appareils à ultrasons transforment l'énergie électrique en énergie mécanique à travers un cristal piézoélectrique situé à leur extrémité.  Ces instruments sont fins, plus faciles à manipuler et théoriquement plus sécuritaires à appliquer sur les courts vaisseaux de petit calibre que les endo-agrafeuses.  Notre laboratoire a démontré que ces appareils à ultrasons sont sécuritaires autant chez les animaux que chez les humains.

Le projet proposé consiste en une étude de phase 2, prospective, multicentrique, comparant la lobectomie par VATS utilisant l'ultrason à celle utilisant les endo-agrafeuses.  Une étude coût-bénéfice y est greffée.  Notre groupe est en voie de compléter 7 études reliées à cette nouvelle application de technologie.  Quinze (15) sites ont été choisis au Canada, aux États-Unis et en Europe et 150 patients seront recrutés pour cette étude.  Le financement est assuré par Johnson & Johnson.