Les exosquelettes robotisés de marche au sol: Création de nouvelles connaissances et de pratiques innovantes en réadaptation et en activités physiques adaptées

 

Dany Gagnon

CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal

 

Domaine : appareil locomoteur et arthrite

Programme Chercheurs-boursiers - Senior

Concours 2019-2020

Les exosquelettes robotisés de marche (ERM) au sol sont des technologies émergentes développées pour les personnes ayant une diminution ou une incapacité à marche à cause de déficiences sensorimotrices. Ils produisent une assistance motorisée aux hanches et genoux pour générer des mouvements de marche. La marche au sol avec un ERM est complexe et exigeante. Étonnement, les exigences ont été très peu documentées à ce jour. Ce manque de connaissance affecte le développement des programmes d'entraînement à la marche avec un ERM, dont les effets précis demeurent méconnus. C'est pourquoi le programme de recherche proposé s'intéresse à 1) quantifier les exigences musculaires, cardiorespiratoires, posturales et cognitives lors des transferts assis-debout, du maintien de la position debout et de la marche et 2) développer, tester et implanter des programmes novateurs d'entraînement à la marche au sol avec un ERM. Ces programmes sont conçus pour minimiser les effets néfastes de la sédentarité et, pour certaines personnes, optimiser la capacité locomotrice.

Des données cliniques, biomécaniques, physiologiques, d'imagerie et biochimiques seront colligées pendant les transferts et la marche au sol avec, et sans l'ERM lorsque possible, auprès des personnes ayant une lésion complète ou incomplète de la moelle épinière et de personnes en bonne santé. Des questionnaires et des entretiens individuels sont aussi prévus. Les nouvelles connaissances générées devraient mener au développement de programmes d'activité physique minimisant les risques de complications secondaires musculosquelettiques, cardiorespiratoires et endocrine-métaboliques liées au faible niveau d'activité physique chez les personnes ayant une lésion de la moelle épinière. De plus, pour ceux dernières ayant un potentiel de récupération de la marche, des programmes de neuroréadaptation devraient augmenter la vitesse, l'endurance, la symétrie et l'esthétique de la marche. Au final,  ces programmes devraient aussi augmenter la capacité fonctionnelle, la participation sociale et la satisfaction de vie de la clientèle ciblée.