Le rôle de la régénération des fibres de matière blanche dans la récupération spontanée du langage dans l'aphasie post-AVC

 

Mariem Boukadi

Centre de recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM)

 

Domaine : Neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme : Formation de doctorat

Concours 2016-2017

Partenaire:

Fondation des maladies du coeur et de l'AVC du Québec

L'aphasie (c-à-d la perte du langage) est une des séquelles les plus communes et dévastatrices d'un accident vasculaire cérébral (AVC). On estime que 100 000 canadiens vivent avec une aphasie chronique. Avec le vieillissement de la population, ce chiffre risque d'augmenter considérablement. Cela fait de l'aphasie post-AVC un enjeu important de la santé canadienne.

Souvent après un AVC, le langage peut être récupéré, au moins partiellement, de façon spontanée. On observe aussi la régénération des fibres de matière blanche endommagées. Des études ont trouvé un lien entre cette régénération et la récupération du langage suite à une intervention orthophonique quelques mois après l'AVC. Cependant, le lien entre la régénération des fibres de matière blanche et la récupération spontanée du langage dans les phases précoces de la maladie est largement méconnu. C'est la problématique que ce projet propose d'adresser dans une étude longitudinale dans les deux premières semaines post-AVC. À cette fin, l'imagerie par résonance magnétique (IRM) de diffusion, une technique qui permet l'analyse des caractéristiques structurelles de la matière blanche, sera utilisée.

Dans un premier temps, nous nous assurerons de la stabilité dans le temps des mesures des caractéristiques structurelles de la matière blanche chez un groupe d'individus en santé. Par la suite, un groupe de patients atteints d'aphasie post-AVC passeront une IRM de diffusion et des évaluations langagières dans les phases aigüe (moins de 3 jours post-AVC) et suraigüe (10-14 jours post-AVC) de la maladie. Nous déterminerons l'association entre le degré de régénération des fibres de matière blanche et le degré de l'amélioration du langage entre les deux phases.

L'identification de biomarqueurs neuronaux associés avec la récupération spontanée du langage dans l'aphasie post-AVC est nécessaire pour munir les cliniciens d'outils prognostiques plus précis. Elle permet aussi le développement de nouvelles stratégies d'intervention adaptées aux besoins des patients.