Le rôle de l'intégrine alpha8 en la sclérose en plaques

 

Elizabeth Gowing

Centre de recherche du CHUM

 

Domaine : Neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme : Formation de doctorat

Concours 2016-2017

Partenaire:

Société canadienne de la sclérose en plaques

La sclérose en plaques (SP) est une maladie auto-immune du système nerveux central (SNC) qui affecte plus de 100 000 Canadiens. L'activité de la SP est une conséquence des cellules auto-immunes qui migrent à travers les vaisseaux sanguins du SNC dans le cerveau et la moelle épinière. LES Molécules d'adhésion cellulaire (CAMs) sur les cellules immunitaires de facilitent ce processus. Cela provoque la destruction de la myéline des cellules nerveuses, ce qui rend les cellules nerveuses vulnérables aux dommages. La phase progressive secondaire de la SP provoque la dégénérescence des cellules nerveuses dans le SNC, ce qui est le résultat d'une inflammation et une démyélinisation prolongée.

Ainsi, l'identification de nouvelles cibles pour prévenir spécifiquement les cellules auto-immunes de pénétrer dans le SNC est un objectif thérapeutique majeur. Les traitements précoces, qui empêchent d'endommager les cellules nerveuses et la myéline, peuvent potentiellement retarder ou prévenir la progression. Les cellules immunitaires TH17 on un rôle majeur dans la SP. Notre laboratoire a identifié l'expression d'une nouvelle CAM, l'intégrine alpha8, présente sur les cellules TH17. Le récepteur nephronectine, se trouve sur  les vaisseaux sanguins du SNC, suggérant que les interactions entre ces protéines peuvent favoriser la migration des cellules TH17 à partir du sang dans le SNC. Je propose d'utiliser une variétés de techniques de culture cellulaire, en utilisant des tissus sains, des tissus de patient SP ainsi que des modèles SP d'animaux pour étudier le rôle de l' intégrine alpha8 dans la maladie neuroinflammatoire.

Mon hypothèse est que l'intégrine alpha8 est principalement exprimée par les cellules auto-immunes et quand elle se lie à  la nephronectine, ceci entraîne l'entrée de ces cellules dans le SNC, conduisant à des poussées de SP. Le blocage de cette intégrine peut se révéler être une approche thérapeutique bénéfique pour le traitement de la SP.