Le cancer du poumon et la séduction de notre système immunitaire inné: Le role des neutrophiles lors de la progression du cancer du poumon

 

Jonathan Spicer

Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill

 

Domaine :  cancer

Programme chercheurs-boursiers-cliniciens - Junior 1

Concours 2017-2018

Le cancer du poumon est le cancer responsable du plus haut nombre de mortalités parmi tous les cancers chez les hommes et les femmes. Malgré certaines avancées dans le domaine, les meilleures chances de guérison restent chez les patients chez qui la tumeur est découverte à un stade limité et pour qui la résection chirurgicale est possible. Cependant, plusieurs patients voient leur cancer progresser, malgré une résection dite « curative » et c'est bien le sujet de ce projet de mieux comprendre pourquoi. Notre système immunitaire interagit avec un cancer en voie de développement et ceci est un des grands sujets de recherche en oncologie actuellement. Notre projet se concentre plus particulièrement sur le rôle des globules blancs les plus abondant : les neutrophiles.

Plusieurs données provenant de notre laboratoire ainsi que plusieurs autres ont démontré que la présence de neutrophiles dans un cancer du poumon est un marqueur de mauvais pronostique. De plus, nous avons démontrer que lorsque les neutrophiles sont activées par un stimulus inflammatoire, elles peuvent déployer une toile d'ADN en extériorisant le contenu de leur nucléus. Ces toiles dites « Neutrophil Extracellular Traps » ou NETs sont capables de capturer des cellules cancéreuses en circulation et peuvent faciliter le développement de métastases.

Notre projet investiguera donc les facteurs qui permettent aux neutrophiles d'être recrutées à un cancer du poumon et comment ceci affecte la progression du cancer. Nous voulons aussi investiguer comment un cancer localiser peut engendrer les neutrophiles circulantes à développer des NETs par la sécrétion de facteurs inflammatoires. Ces investigations puisent à la fois sur des techniques de recherche fondamentales ainsi que sur notre accès privilégié aux tissus humains provenant de notre activité clinique comme chirurgien thoracique. Nous espérons donc établir une fondation pour la découverte de nouvelles thérapies dirigées vers les neutrophiles.