La dépression maternelle et le développement de l'enfant: Étude des facteurs de risque et de protection chez les enfants et les adolescents

 

Catherine Herba

Université du Québec à Montréal [UQAM]

 

Domaine : santé de la mère, des enfants et des adolescents

Programme chercheurs-boursiers - Junior 2

Concours 2017-2018

La dépression est l'une des causes principales d'invalidité dans le monde. Chaque année, 15-20% des enfants en Amérique du Nord naissent de mères souffrant de symptômes de stress, de dépression et/ou d'anxiété (SDA). La dépression maternelle est un facteur de risque important pour le développement des problèmes intériorisés et extériorisés chez l'enfant dès la petite enfance jusqu'à l'adolescence ou l'âge adulte. Nous disposons de peu de connaissances sur comment ces enfants nés de mères dépressives sont plus à risque et sur les interventions qui pourraient minimiser les conséquences.

Les services d'éducation préscolaire (SEP) ainsi que le fonctionnement sociale et la cognition sociale (la reconnaissance des indices sociaux et émotionnels) peuvent être des cibles de prévention ou d'intervention. Mon programme de recherche porte sur les facteurs de risque et de protection des problèmes de santé mentale chez les enfants et les adolescents dans un contexte développemental de la grossesse jusqu'à l'adolescence. J'aborde ce programme en utilisant des études longitudinales et transversales complémentaires. L'Étude 1 examine, dans une cohorte des femmes enceintes, les liens entre les symptômes maternels de SDA durant la grossesse, les biomarqueurs de stress chez la mère enceinte et son nouveau né, et le développement émotionnel et cognitif des enfants à 2 ans. Les études 2a et 2b examinent si la qualité des SEPs est associée à un meilleur développement émotionnel et les voies par lesquelles passe ce développement. Les études 3a et 3b abordent les liens entre les difficultés de santé mentale, le fonctionnement social et la cognition sociale chez les adolescents.

Ces études complémentaires permettront de mieux comprendre les mécanismes impliqués dans la transmission intergénérationnelle des troubles affectifs et d'identifier des cibles de prévention.  Ces connaissances permettront de développer des pistes de prévention et d'intervention afin d'interrompre la transmission intergénérationnelle.