Intervention par stimulation non-invasive du cerveau afin de réduire la douleur, les atteintes fonctionnelles, l'utilisation de médicaments contre la douleur, et le délai du retour au travail des patients ayant subi une blessure orthopédique concomitante à un traumatisme crâniocérébral léger

 

Louis De Beaumont

Centre de recherche de l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme Consortium pour le développement de la recherche en traumatologie - Volet 1

Concours 2017-2018

Les fractures osseuses représentent la majorité des cas de trauma orthopédique (TO), dont l'incidence annuelle aux États-Unis est estimée à 30 millions. La gestion de la douleur est un enjeu prioritaire chez les patients TO en raison des effets bénéfiques sur la guérison, le confort et le rétablissement moteur et cognitif. La douleur persistante est expérimentée chez 30-50% des patients subissant une fracture isolée d'un membre (FIM), et l'absentéisme au travail représente la principale dépense associée à ce fléau.

Les patients FIM qui subissent de façon concomitante un traumatisme crâniocérébral léger (TCCL) prennent 3 fois plus de temps avant de retourner au travail et la douleur rapportée 3 mois après la blessure est plus sévère, ce qui fait du TCCL un facteur de risque important de mauvais pronostic à la suite d'une FIM. L'inhibition de la neuroinflammation (NI) s'avère une cible clinique prometteuse afin de réduire les symptômes de douleur après une FIM. Il existe des médicaments efficaces pour réduire la NI, mais leurs effets secondaires restreignent leur utilisation prolongée. Un protocole de stimulation non-invasive multisessions, appelé stimulation theta-burst continue prolongée (pc-TBS), s'est montré efficace afin d'offrir un soulagement analgésique de longue durée.

À ce jour, aucune étude longitudinale ne s'est intéressée aux effets analgésiques de la pc-TBS auprès des patients FIM. À l'intérieur de 48 heures de la blessure, les marqueurs traumatiques seront recueillis chez les patients FIM et FIM+TCCL. La moitié des sujets de chaque groupe seront soumis au protocole pc-TBS, tandis que l'autre moitié sera assignée à un protocole de simulation.

Tous les sujets seront suivis à 1, 3, et 12 mois de la blessure. L'application de la pc-TBS pourrait fournir un nouvel outil afin réduire la douleur et les coûts faramineux associés à la convalescence des patients FIM, et ce, sans les effets secondaires.