Intégration du calcul des pas et l'apport de planification pour optimiser la santé vasculaire dans le diabète et l'obésité

 

Kaberi Dasgupta

Université McGill

 

Domaine : Santé des populations

Programme chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 2

Concours 2012-2013

Partenaires

Société québécoise d'hypertension artérielle

Les patients diabétiques sont très susceptibles de subir des complications vasculaires comme une crise cardiaque. Pour atténuer ce risque, il faut être un peu plus actif et perdre un peu de poids. Il nous faut davantage d'outils pour aider les patients à faire ces changements de vie et à soutenir les professionnels de la santé. Voilà ce que je tente de faire dans le cadre des études que je mène.

Ainsi, je me penche sur ce qui se produit lorsque le médecin suggère le « compte pas » ou podomètre aux patients qui viennent le consulter. La moitié d'entre eux (choisis au hasard) reçoit l'« ordonnance » du médecin de faire un certain nombre de pas chaque jour, puis d'augmenter ce nombre graduellement. Ces patients doivent donc faire le compte des pas qu'ils font chaque jour à l'aide du podomètre, l'inscrire dans un journal et examiner les résultats avec le médecin lors de leur prochaine consultation. Quant aux autres patients, ils subiront un examen médical habituel sans que leur médecin leur prescrive de podomètre. À la fin de l'année, nous examinerons les artères de toutes ces personnes à l'aide d'un appareil à ultrasons afin de voir lequel des deux groupes s'en tire le mieux.

J'ai également élaboré un programme qui combine de l'information sur la nutrition et des leçons de cuisine. J'étudie déjà l'incidence d'un tel programme chez les patients souffrant de diabète, mais j'aimerais voir comment il fonctionne chez les femmes ayant souffert du diabète induit par grossesse. Ces femmes sont très susceptibles de souffrir de diabète plus tard. Je verrai si ce genre de programme aide vraiment ces femmes à réduire leur poids et à gérer plus facilement leur apport en sucre et en amidon.