Impact du Plan d'Alzheimer du Québec sur les patients atteints de démence et leurs aidants en première ligne

 

Vladimir KHANASSOV

Université McGill

 

Domaine : services de santé

Programme Chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 1

Concours 2018-2019

Les patients souffrant de démence qui vivent dans la communauté et leurs aidants expriment de nombreux besoins dans les aspects sociaux, psychologiques et physiques de leur vie qui ne sont pas couverts. La première ligne médicale n'est pas encore complètement apte à adresser les besoins de ces populations particulièrement vulnérables. La gestion de cas a été proposé comme une solution pour faire face à ces défis. Elle est basée sur une collaboration entre les médecins de famille et les infirmiers en première ligne. La gestion de cas a été largement mis en place dans les différents pays.  

Au Québec, la gestion de cas représente une innovation clé du Plan Alzheimer lancé en 2009. Différents modèles de gestion de cas ont été implantés dans les Groupes de médecine de famille (GMF): soit tous les médecins de famille diagnostiquent, traitent et soutiennent leurs propres patients souffrant de démence et leurs aidants (modèle "classique", qui existe dans la majorité des cliniques), soit les patients et leurs aidants sont évalués et traités par un médecin de famille avec une expertise spécifique en démence (le modèle "expert", la minorité des cliniques).

L'objectif du programme de recherche est de comparer l'impact de ces deux modèles de gestion de cas sur les besoins de la population des patients avec démence et sur l'utilisation des services de soins aigus telles que les visites à l'urgence et les hospitalisations pour des problèmes de santé qui auraient dûs être détectés/traités en première ligne. Nous conduirons trois études dans six GMF à travers du Québec: 1) évaluation des besoins des patients et des aidants couverts et non couverts, 2) évaluation de l'utilisation des services d'hôpital et 3) opinion de patients, leurs aidants et professionnels santé sur les facteurs qui ont besoin d'être améliorés pour mieux prendre soin en première ligne.