Génomique fonctionnelle des récepteurs aux hormones stéroïdiennes dans le contrôle du métabolisme énergétique des cellules de cancer de la prostate

 

Etienne Audet-Walsh

Centre hospitalier université de Québec

 

Domaine : cancer

Programme Chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2019-2020

Les cellules de la prostate ont un profil métabolique unique dans le corps humain, de manière à produire et sécréter des quantités importantes de citrate. Lors de l'initiation du cancer de la prostate, une importante reprogrammation métabolique a lieu, mais on ne connaît pas encore les mécanismes qui la causent. L'objectif de mes recherches est de découvrir quels sont ces mécanismes. En comprenant comment survient cette reprogrammation, ou quelles sont les vulnérabilités qu'elle induit, nous pourrons rétablir l'équilibre métabolique dans les cellules tumorales pour traiter le cancer de la prostate.

Mes récentes recherches ont mis en évidence l'importance du récepteur aux androgènes dans l'établissement d'un programme génomique de contrôle du métabolisme des cellules de cancer de la prostate. Mon premier axe de recherche sera de décortiquer ce programme de manière à comprendre quels sont ses cofacteurs génomiques, mais aussi quelles sont les failles métaboliques que ce récepteur met en place. En parallèle, mes travaux montrent que les récepteurs aux estrogènes sont aussi intimement liés à la progression du cancer de la prostate. Je m'intéresse donc à comprendre plus en détail comment ces récepteurs vont changer l'activité des cellules tumorales, notamment comment ils vont modifier l'activité du récepteur aux androgènes et ainsi promouvoir ou bloquer la progression du cancer de la prostate. Je m'intéresse tout particulièrement à leurs actions sur le métabolisme cellulaire de manière à identifier des failles potentielles qui seraient mises en place dans les cellules tumorales.

En résumé, je m'intéresse à deux grandes questions. Premièrement, comment les récepteurs aux androgènes et aux estrogènes reprogramment le métabolisme des cellules tumorales? Deuxièmement, peut-on identifier les failles métaboliques mises en place par ces récepteurs hormonaux? Mon objectif à long terme est d'utiliser ces connaissances pour développer de nouvelles approches thérapeutiques ciblant le métabolisme unique des cellules de cancer de la prostate.