Étude longitudinal sur la progression et le traitement de la maladie d'Alzheimer chez les modèles rongeurs en utilisant l'Imagerie cérébrale

 

Jamie Near

CIUSSS de l'Ouest-de-l'Ile-de-Montréal

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme chercheurs-boursiers  - Junior 1

Concours 2017-2018

L'Alzheimer est une maladie neurodégénérative dévastatrice dont la prévalence et l'impact sur la société sont à la hausse. Le facteur principal de risque pour la maladie d'Alzheimer est l'âge, et près de 5 sur 10 Canadiens âgés de plus de 85 sont touchés. Si les traitements et les résultats ne sont pas améliorés, les impacts sociaux négatifs de la maladie d'Alzheimer atteindront des niveaux catastrophiques dans les prochaines décennies.  Des avances récentes en recherche ont permis le développement de modèles animaux de la maladie d'Alzheimer qui présentent certaines des caractéristiques pathologiques observées dans la forme humaine de la maladie. Ces modèles offrent un terrain d'essai très prometteur de nouveaux traitements pharmaceutiques offrant un potentiel de se traduire en santé améliorée pour les patients. Cependant, l'évaluation de l'efficacité des médicaments dans ces modèles animaux est difficile.

Je propose donc d'utiliser l'imagerie et la spectroscopie par résonance magnétique (IRM, SRM) pour étudier les changements d'anatomie et de la chimie du cerveau qui se produisent dans des modèles de la maladie d'Alzheimer chez le rongeur. En parallèle, je prévois aussi traiter un sous-ensemble de ces animaux avec Naproxène - un médicament anti-inflammatoire commun qui a montré des résultats prometteurs dans la prévention de la maladie d'Alzheimer. Ce faisant, je vais évaluer l'efficacité du Naproxène à inverser la progression pathologique de la maladie d'Alzheimer chez ces rongeurs modèles. En outre, je vais appliquer une nouvelle technique appelée carbone 13 SRM pour obtenir des mesures du métabolisme du cerveau chez les mêmes animaux, pour mieux comprendre les altérations métaboliques qui accompagnent la pathologie.

Le cadre de cette étude sera réappliquée vers de futures études sur les médicaments dans les modèles animaux, dont les résultats peuvent conduire à la découverte éventuelle de nouveaux traitements contre la maladie d'Alzheimer.