Étude in vivo des microARNs dans les maladies neurodégénératives

 

Sébastien Hébert

Université Laval

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme Chercheurs-boursiers - Senior

Concours 2019-2020

Depuis quelques années, la communauté scientifique reconnait l'importance des petites molécules surnommées « micro-ARN » dans le développement des maladies humaines. Ces molécules contrôlent la majorité des fonctions biologiques en ajustant les niveaux de protéines dans la cellule. Donc, tout déséquilibre des niveaux de microARN peut être désastreux pour l'organisme. Curieusement, différents groupes de recherche, dont le nôtre, ont identifiés un certain nombre de microARN qui sont dérégulés dans les troubles neurodégénératifs, y compris la maladie de Huntington (HD). Alors que nous savons que la HD est causée par une mutation génétique dans le gène Huntingtin (Htt), nous ne savons toujours pas comment les cellules du cerveau disparaissent et meurent et comment les symptômes apparaissent. Fait intéressant, le microRNA-132 est fortement réduit chez le cerveau des individus HD. Nos études chez la souris démontrent que la perte de microARN-132 entraîne un défaut de la protéine Htt et une fonction cellulaire anormale.

Dans ce programme de recherche, nous cherchons à mieux comprendre le rôle et le potentiel thérapeutique du microRNA-132 dans la maladie HD. Nous croyons que la réintroduction du microRNA-132 dans le cerveau sera très bénéfique pour les patients. Nous testerons cette hypothèse dans les modèles de souris HD et nous étudierons comment le microRNA-132 (et Htt) est impliqué dans la perte de cellules chez la souris et l'homme. Une fois terminées, ces expériences fourniront des informations importantes pour la compréhension de la pathogenèse de la maladie et le développement de nouveaux médicaments.