Étude des mécanismes moléculaires impliqués dans l'acquisition de la résistance aux antiobiotiques chez Mycobacterium tubertulosis : vers l'inhibition allostérique de cibles enzymatiques à fort potentiel thérapeutique

 

Nicolas Doucet

Institut national de la recherche scientifique (INRS)

 

Domaine : Maladies infectieuses et immunitaires

Programme chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2012-2013

 

 

Malgré la croyance populaire, la tuberculose (TB) demeure à ce jour l'une des infections bactériennes les plus virulentes à affecter les êtres humains, tuant encore entre 1,6 et 2 millions de personnes chaque année partout sur la planète. Ceci est principalement attribuable à l'échec des traitements aux antibiotiques normalement utilisés en milieu clinique, un échec provoqué par l'émergence de bactéries multi-résistantes dans l'environnement. Des études récentes ont toutefois démontré que certaines combinaisons particulières d'antibiotiques classiques peuvent être efficacement utilisées pour traiter l'infection tuberculeuse causée par des souches bactériennes résistantes en laboratoire. Or, il est encore impossible de prédire si ces bactéries vont acquérir d'autres résistances à ces nouvelles combinaisons d'antibiotiques en milieu clinique. Si tel en était le cas, une entrave sérieuse à l'efficacité de ces nouveaux traitements contre la tuberculose se ferait ressentir, tant au niveau de la santé publique qu'au niveau des coûts économiques des essais précliniques.

En utilisant des techniques qui imitent l'évolution naturelle en laboratoire, notre recherche testera cette hypothèse à faible coût et déterminera si une voie alternative d'inhibition pourrait être utilisée pour contrer l'acquisition potentielle de résistances aux antibiotiques par la bactérie causant la tuberculose. Nous appliquerons également notre méthodologie unique à l'étude d'autres enzymes d'intérêt clinique impliquées notamment dans le cancer et dans l'inactivation du virus du VIH.