Étude des déterminants génétiques et épigénétiques de l'obésité infantile

 

Valérie Gagné-Ouellet

CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean

 

Domaine : Santé de la mère, des enfants et des adolescents

Programme : Formation de doctorat

Concours 2017-2018

Partenaire:

Fondation des Étoiles

L'obésité infantile est un enjeu de santé majeur touchant plus de 43 millions d'enfants à travers le monde. Au Canada, le tiers des enfants font de l'embonpoint ou sont obèses et cela augmente le risque de diabète et de maladies cardiaques à l'âge adulte et diminue l'espérance de vie.

Le diabète de grossesse constitue l'une des causes les plus importantes de l'obésité infantile. Le diabète de grossesse se caractérise par une élévation de la concentration de sucre (glucose) dans le sang de la mère. Le glucose traverse le placenta et augmente le glucose dans le sang du bébé. Même s'il est reconnu que le diabète de grossesse est associé à un risque plus élevé d'obésité infantile, la communauté scientifique cherche encore à identifier les mécanismes qui sont responsables de ce lien néfaste pour l'enfant en vue de freiner l'augmentation des cas d'obésité, de diabète et de maladies cardiaques.

L'épigénétique pourrait expliquer le lien entre le diabète de grossesse et l'obésité infantile. L'épigénétique consiste en l'ajout d'une molécule régulatrice sur l'ADN sans changer la séquence. Ce phénomène agit comme les accents dans la langue française en changeant le sens du mot, sans changer les lettres. Ces accents chimiques sont placés sur l'ADN au cours de la vie fœtale et peuvent être conservés tout au long de la vie. Ils sont donc susceptibles d'influencer la santé de l'enfant ultérieurement. Notre équipe a déjà identifié certains de ces accents chez des nouveau-nés provenant de mères avec diabète. Le présent projet a pour objectif de vérifier si la présence ou l'absence de ces modifications lors du développement fœtal permettent de prédire l'obésité infantile.