Effets neuroprotecteurs et mécanismes neuronaux du miR-223 dans la sclérose en plaques

 

Yang Zhang

Centre universitaire de santé McGill [CUSM]

 

Domaine : Neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme : Formation de maîtrise

Concours 2017-2018

Partenaire:

Société canadienne de la sclérose en plaques

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune dans laquelle les cellules immunitaires attaquent la membrane isolante des neurones, appelée la gaine de myéline. Ce processus nommé démyélinisation, contribue aux dommages qui ont lieu dans les neurones et leurs axones. Cette dégénérescence neuronale est considérée comme la principale cause des handicaps chez les patients, avec une corrélation entre la perte axonale et le score clinique. De ce fait, l'élaboration de thérapies ciblant la prévention ou le traitement de ces dommages seraient bénéfiques dans le contrôle de la progression de la maladie à long terme. Les micro-ARN (miARN) sont de petites molécules dans les cellules qui agissent en tant que régulateurs d'évènements importants. Les niveaux d'expression de différents miARN sont modifiés dans les neurones endommagés dans la SEP et cela peut entrainer des changements significatifs dans la cellule.

Notre laboratoire a préalablement caractérisé un miARN, le miR-223, ayant des effets protecteurs dans les neurones endommagés sous l'influence du système immunitaire. Nous souhaitons investiguer plus en détail le miR-223 en caractérisant les mécanismes sous-jacents ses effets protecteurs. Nous comptons également étudier le miR-223 in vivo, dans un modèle animal de la sclérose en plaques. Avec cette étude, nous espérons mettre en évidence les processus cellulaires sous-jacents la dégénérescence des neurones dans la SEP et contribuer au développement de meilleures thérapies pour les patients atteints de SEP.