Effets neuroprotecteurs et anti-inflammatoires de traitements hormonaux modulateurs du système nerveux entérique dans la maladie de Parkinson

 

Andrée-Anne Poirier

Centre de recherche du CHU de Québec - CHUL

 

Domaine : Neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme : Formation de doctorat

Concours 2016-2017

Partenaire:

Société Parkinson Canada

La maladie de Parkinson est la 2e maladie neurodégénérative la plus répandue dans le monde, après la maladie d'Alzheimer, et atteint généralement plus les hommes que les femmes. Elle se caractérise par des symptômes moteurs, tels que la rigidité musculaire, les tremblements, un ralentissement des mouvements et des problèmes d'équilibre. Toutefois, ces désordres sont généralement précédés, jusqu'à 10 ans, par d'autres symptômes non moteurs, tels que la fatigue, l'anxiété, la dépression et des troubles gastro-intestinaux comme la constipation. D'ailleurs, c'est un dommage aux neurones entourant l'intestin qui pourrait être responsable de ces troubles gastro-intestinaux.

Le Dr Braak a également émis l'hypothèse que la maladie de Parkinson pourrait débuter au niveau d'une atteinte à l'intestin et se propager jusqu'au cerveau par le nerf vague. Dans un modèle de souris parkinsonienne, nos laboratoires ont déjà démontré l'impact bénéfique des estrogènes sur la protection des neurones dopaminergiques de l'intestin. De plus, nous avons observé que cet effet positif implique potentiellement le système immunitaire. C'est pourquoi ce projet consiste à évaluer l'implication précise des produits estrogéniques dans la protection des neurones dopaminergiques et la modulation du système immunitaire de l'intestin. Pour ce faire, nous avons utilisé différentes combinaisons de traitements changeant les taux d'estrogène présents dans l'intestin.

Jusqu'à présent, nos résultats préliminaires indiquent que l'effet bénéfique induit par l'estrogène, autant au niveau de la protection des neurones dopaminergiques que la modulation du système immunitaire, implique principalement un récepteur estrogénique qui est non féminisant et qui n'agit pas négativement sur les organes reproducteurs.