Effet des techniques extracorporelles en surdosage

 

Marc Ghannoum

Centre de recherche de l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal

 

Domaine : santé des populations

Programme chercheurs-boursiers-cliniciens - Junior 1

Concours 2017-2018

Le traitement optimal des empoisonnements reste encore inconnu. La dialyse et autres traitements connexes peuvent dans certains cas détoxifier un patient empoisonné. Malheureusement, il n'existe pas d'étude convaincante pour évaluer si ces traitements peuvent améliorer la survie de ces patients. Mon premier projet révisera une énorme banque de données américaine (> 2 millions cas / an) et comparera un groupe de patients empoisonnés à l'aspirine qui ont reçu la dialyse avec un autre groupe similaire qui n'en a pas reçu.

Les intoxications au lave-glace (ethylène glycol) restent fréquentes en Amérique du Nord. Une exposition aussi faible que 3 gorgées peut causer la mort si elle n'est pas traitée. Les traitements de dialyse sont souvent nécessaires pour détoxifier un patient suite à une ingestion. Malheureusement, son efficacité à sauver des vies et à éliminer le poison n'a jamais été revue de façon systématique. Je me propose donc, comme deuxième projet, de faire un revue de la littérature et une méta-analyse sur l'efficacité de la dialyse dans les cas d'empoisonnement d'éthylène glycol, ce qui signifie une démarche statistique combinant les résultats de plusieurs études indépendantes afin d'en tirer une conclusion globale. Les résultats de cette étude permettront d'élaborer des lignes internationales de conduite clinique.

Le troisième projet suit une étude complétée dernièrement qui a révisé et amélioré un calcul fréquemment utilisé par les cliniciens (le gap osmolaire). Le gap osmolaire est un test simple et peu coûteux qui dépiste l'exposition aux alcools toxiques. L'étude proposée vérifiera la valeur du gap osmolaire pour estimer la concentration des dosages sanguins d'alcool considérés toxiques (méthanol et éthylene glycol).