Effet de la musique sur l'agitation post-traumatique de patients ayant subi un traumatisme craniocérébral

 

Nathalie Gosselin

Université de Montréal

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Consortium pour le développement de la recherche en traumatologie - volet 2

Concours 2015-2016

 

 

L'agitation post-traumatique est un trouble comportemental sévère caractérisé par des comportements excessifs (ex. hyperactivité motrice). Son incidence chez les patients ayant un traumatisme craniocérébral (TCC) est estimée entre 35% et 70%.

Le traitement de l'agitation post-traumatique représente un défi de taille et les interventions actuelles (ex. pharmacologiques) comportent peu d'évidences de leur efficacité. Des études réalisées auprès de patients atteints de maladies neurodégénératives (ex. maladie d'Alzheimer) ont démontré des effets bénéfiques de l'écoute musicale sur l'agitation. Ce bienfait découlerait de la capacité de la musique à calmer, à induire des émotions et des souvenirs agréables ainsi qu'à créer un environnement familier. Aucune étude n'existe actuellement sur l'impact de la musique sur l'agitation des adultes TCC.

Ainsi, ce projet a pour objectif de mesurer l'efficacité d'une intervention d'écoute musicale chez des patients TCC. Pour cela, huit patients en état d'agitation post-traumatique se verront présentés des musiques préférées et apaisantes sélectionnées par leurs proches (condition musicale), une condition contrôle (un son semblable au bruit d'une chute d'eau) et des lignes de base (sans son). Des mesures objectives de l'agitation seront recueillies via l'observation des comportements agités et l'actimétrie (mesure de l'agitation motrice). Il est prédit que l'écoute de la musique préférée apaisante permettra de réduire l'agitation post-traumatique.

Cette étude pilote représente la première étape qui permettra de développer une nouvelle intervention non pharmacologique, accessible et peu couteuse. Cette intervention novatrice contribuera à optimiser la récupération des patients TCC, et à améliorer le bien-être et la sécurité des patients et de leur entourage. L'étude sera possible grâce à une équipe de recherche regroupant des chercheurs et des cliniciens ayant des expertises complémentaires (ex. traumatologie, agitation post-traumatique, neurocognition de la musique).