Dysfonction des cellules endothéliales progénitrices dans le développement de maladies cardiovasculaires suite à une naissance prématurée : une approche translationnelle

 

Camille Girard-Bock

Centre de recherche du CHU Sainte-Justine

 

Domaine : Santé circulatoire et respiratoire

Programme : Formation de doctorat

Concours 2017-2018

Partenaire:

Fondation des maladies du coeur et de l'AVC du Québec

Au Canada, 8% des naissances sont prématurées, se produisant donc avant la 37ième semaine de gestation (1% avant la 29ième semaine). Les individus nés prématurément sont plus à risque de souffrir de maladies cardiovasculaires, bien que les mécanismes impliqués soient encore mal connus. Les cellules endothéliales
progénitrices (EPC, Endothelial Progenitor Cells) proviennent de la moelle osseuse et migrent vers les vaisseaux sanguins où elles participent à la croissance et la réparation de ceux-ci. Ces cellules sont donc très importantes dans le maintien d'une bonne santé vasculaire.

Les EPC sont dysfonctionnelles et moins nombreuses chez les adultes à risque de maladies cardiovasculaires. L'inflammation et le stress oxydatif sont des facteurs connus comme affectant les EPC. On sait aussi que les nouveaux nés prématurés sont exposés à de tels facteurs. De plus, nous avons maintenant des preuves que les EPC chez ces nouveaux nés sont dysfonctionnelles. Il reste à prouver que ces cellules sont également dysfonctionnelles chez ces individus à l'âge adulte et que cette dysfonction contribue chez eux à une mauvaise santé cardiovasculaire. Le but de la présente étude est d'examiner la relation entre les cellules endothéliales progénitrices et le stress oxydatif, l'inflammation et la fonction cardivasculaire chez des jeunes adultes nés prématurément et chez des rats exposés à un haut taux d'oxygène, un modèle animal reconnu pour l'étude des conditions liées à la prématurité.