Développement d'une intervention de neurofeedback pour les jeunes survivants d'une leucémie lymphoblastique aiguë

 

Cybelle Abate

Centre de recherche du CHU Ste-Justine

 

Domaine : Cancer

Programme : Formation de doctorat

Concours 2016-2017

Partenaire:

Fondation des Étoiles

Ce projet est destiné au développement d'une intervention neurofeedback spécifiquement adaptée aux besoins neurocognitifs et affectifs des jeunes survivants de cancer pédiatrique. Suite aux traitements, plus de 48 % des survivants éprouvent des effets tardifs de nature neurocognitive, tels une capacité attentionnelle réduite, des pertes de mémoire, des difficultés d'apprentissage ou un trouble déficitaire de l'attention. Des analyses montrent que ces effets tardifs coexistent avec l'anxiété et la fatigue chronique rapportées par les survivants.

La recherche souligne le besoin de thérapies pour remédier aux effets neurocognitifs et leurs répercussions affectives. Le neurofeeback par électroencéphalogramme (EEG) est une intervention non invasive qui a le potentiel de réduire certains effets tardifs rapportés par les survivants. Une électrode placée sur la tête enregistre l'activité électrique émise par les neurones. Lorsque l'activité électrique est désirable, le cerveau reçoit une rétroaction par un stimulus visuel et/ou auditif. Ce processus s'apparente à de l'exercice pour le cerveau et se traduit par des changements symptomatiques et subjectifs. Des études ont démontré l'efficacité à long terme du neurofeedback par EEG pour traiter la fatigue chronique,  l'anxiété et le déficit d'attention. L'intervention neurofeedback par EEG devrait améliorer les capacités attentionnelles des survivants de cancer pédiatrique. Elle devrait également réduire la fatigue et l'anxiété.

L'étude fournira un test empirique sur les effets du neurofeedback par EEG. Ses retombées en oncologie pédiatrique concernent les soins de suivi à long terme des survivants. Le neurofeedback par EEG sera un ajout important parmi le peu d'interventions offertes pour traiter les effets tardifs de natures neurocognitives et affectifs chez les jeunes survivants de cancer pédiatrique.