Dépasser l'enregistrement des crises dans l'unité de surveillance: vers un diagnostic de l'épilepsie meilleur et plus rapide

 

Birgit Frauscher

Centre universitaire de santé McGill [CUSM]

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme Chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 2

Concours 2018-2019

L'épilepsie est caractérisée par des crises spontanées et récurrentes ayant un impact négatif sur la qualité de vie du patient. L'épilepsie peut être focale ou généralisée. Dans les épilepsies focales, la localisation précise du foyer épileptique est essentielle puisqu'une proportion substantielle de 30% de patients ne répondant pas aux médicaments antiépileptiques, sont candidats à une chirurgie.

Le clinicien fait face à trois défis pour localiser précisément le foyer épileptique. Le premier est d'identifier la région du cerveau responsable des crises. La référence est actuellement l'enregistrement de ces crises par l'électroencéphalogramme (EEG). Ce marqueur de l'épilepsie n'est pas toujours fiable, et de plus ces enregistrements requièrent un temps considérable (2-3 semaines d'hospitalisation). L'EEG intracrânien offre une mesure précise de la zone du cerveau responsable des crises. Cette technique est toutefois invasive, coûteuse et comporte des risques. Un second défi donc est de trouver de nouveaux marqueurs de l'EEG, fiables et non-invasifs. Un troisième défi est l'absence d'activité épileptique visible à l'EEG de surface caractéristiques de l'épilepsie du patient. Ce problème se retrouve lorsque le foyer épileptique est localisé dans une région profonde du cerveau, et inaccessible à l'EEG de surface.

Ce programme de recherche vise à définir de nouveaux marqueurs de l'EEG, indépendants des crises épileptiques et acquis sur une courte période de 24 heures. Ceci afin d'améliorer la localisation des foyers épileptiques dans un temps nettement réduit. Il propose aussi de traduire les marqueurs identifiés dans l'EEG intracrânien, et considérés comme plus précis, vers l'EEG de surface.

Cette étude ouvrira de nouvelles solutions pour une meilleure localisation du foyer épileptique. Je souhaite proposer des investigations efficaces, moins invasives et risquées dans un temps réduit. Ultimement, elle permettra d'améliorer les résultats de la chirurgie de l'épilepsie et la qualité de vie des personnes souffrant de ce désordre.