Décrypter les mécanismes pathologiques de la neurodégénérescence dans la sclérose latérale amyotrophique

 

Christine Vande Velde

Centre hospitalier de l'Université de Montréal [CHUM]

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme Chercheurs-boursiers - Senior

Concours 2018-2019

La sclérose latérale amyotrophique (SLA) cause la destruction de certain type de neurones qu'on appelle les neurones moteurs, qui contrôlent les mouvements volontaires. Cette maladie neurodégénérative entraine une paralysie progressive et rapide menant à la mort des patients, habituellement en moins de trois ans après le diagnostique. Au Canada, on estime aujourd'hui qu'il y a plus de 3000 personnes atteintes de la SLA. Malheureusement, il n'existe aucune thérapie qui peut prolonger significativement la vie des patients.

Le but de mon programme de recherche est d'identifier et de caractériser les perturbations, touchant les neurones ainsi que les autres cellules voisines dans la moelle épinière et le cerveau, observés chez les patients atteints de la SLA. Certaines de ces altérations apparaissent tôt dans la maladie et pourraient mener au développement de biomarqueurs, qui sont des indicateurs permettant un diagnostique précoce ou le cas échéant de suivre la progression de la maladie. Mon équipe utilise de nombreuses approches complémentaires et variées qui touchent les neurosciences, la biologie cellulaire et moléculaire. Nous espérons aussi découvrir des nouvelles cibles menant au développement de thérapies et dès que possible, nous validerons nos résultats dans les échantillons provenant de patients atteints de la SLA. Nous collaborons avec de nombreuses équipes de recherche tant au Canada que sur la scène internationale afin de transformer la SLA en maladie traitable et non plus fatale.