Découverte et étude d'ARN noncodants régulateurs bactériens et humains

 

Jonathan Perreault

Institut national de la recherche scientifique

 

Domaine : maladies infectieuses et immunitaires

Programme chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2014-2015

En plus de stocker l'information héréditaire, l'ADN et l'ARN sont maintenant connus pour avoir beaucoup plus de fonctions. Les organismes vivants ont d'innombrables ARN qui contrôlent de nombreux processus dans les cellules. Une remarquable diversité fonctionnelle des ARN a été trouvée chez les bactéries au cours des dernières années. L'un des moteurs de ces découvertes est l'énorme quantité de séquences d'ADN des génomes de bactéries dans les bases de données publiques. L'exploitation de ces bases de données avec des méthodes bioinformatiques a révélé de nombreux ARN fascinants. L'ARN est une des principales cibles des antibiotiques. Certains ARN récemment découverts ont d'ailleurs été utilisés comme cibles pour le développement de nouveaux antibiotiques prometteurs. Certains de ces ARN, nommés riboswitchs, ont un domaine qui se lie spécifiquement à une molécule chimique et permet ainsi aux bactéries de réagir à leur environnement, à la façon d'un thermostat ou d'un détecteur de fumée.

Nous avons développé des techniques permettant de découvrir de tels riboswitches et ces techniques seront utilisées pour rechercher ces ARN particuliers dans 20 des pires pathogènes humains. Nous en avons déjà découvert un et ce dernier, avec ceux qui suivront, pourront ensuite servir pour des travaux futurs visant à déstabiliser ces pathogènes via leur riboswitches. En parallèle, certains aspects de ces techniques seront utilisés pour développer des riboswitchs artificiels « sur mesure » pour la détection d'agents dangereux, tels que le sarin ou des bactéries pathogènes. Ces mêmes riboswitches pourraient même être adaptés pour le développement de traitements antimicrobiens ou anticancéreux.