Contrôle hypothalamique de la balance énergétique par les lipides et physiopathologie de l'obésité

 

Thierry Alquier

Centre hospitalier de l'Université de Montréal [CHUM]

 

Domaine : nutrition et métabolisme

Programme Chercheurs-boursiers - Senior

Concours 2018-2019

L'obésité touche près de 14 millions de Canadiens et constitue un facteur de risque majeur pour le diabète. Notre compréhension de l'étiologie de l'obésité est incomplète, mais l'augmentation de l'obésité est en partie due à l'apport accru de nourriture a teneur élevée en matières grasses. L'hypothalamus est une région du cerveau qui joue un rôle essentiel dans le contrôle du poids corporel en régulant la prise alimentaire et la quantité de calories brûlées. L'activité des neurones hypothalamiques est fortement régulée par les hormones et les nutriments circulant dans le sang. À leur tour, ces neurones activent les réponses physiologiques appropriées pour maintenir un poids corporel stable. Cependant, comment et quelles cellules du cerveau détectent les acides gras circulants pour réguler la glycémie et l'équilibre énergétique reste inconnu.

Nous proposons que les cellules gliales hypothalamiques, un type de cellules entourant les neurones, puissent réguler l'activité neuronale via une communication cellulaire et l'équilibre énergétique. Nos résultats préliminaires suggèrent que les acides gras sont détectés par les cellules gliales hypothalamiques via différents mécanismes de signalisation et que la perturbation de ces mécanismes conduit à l'obésité. L'objectif global de notre recherche est de déterminer les mécanismes par lesquels les acides gras sont détectés par les cellules gliales pour réguler l'activité des neurones hypothalamiques et l'équilibre énergétique. Nous proposons d'explorer nos objectifs en utilisant une combinaison de stratégies pharmacologiques et génétiques pour moduler la détection et la signalisation des acides gras chez les rongeurs.

Avec des préoccupations de santé croissantes concernant l'obésité, il est essentiel de comprendre les mécanismes sous-jacents à ces maladies. L'identification de nouveaux signaux dérivés de la glie dans l'hypothalamus pourrait constituer un élément majeur du contrôle de l'équilibre énergétique et une cause sous-jacente de l'obésité. Ainsi, ces études pourraient mener à l'identification de nouvelles avenues thérapeutiques pour le traitement de l'obésité.