Comprendre les mécanismes cellulaires et moléculaires menant à la production de la diversité neuronale dans le système nerveux: vers l'élaboration de thérapies cellulaires améliorées

 

Michel Cayouette

Institut de recherches cliniques de Montréal [IRCM]

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme  chaires de recherche

Concours 2017-2018

Les cellules souches neurales ont le potentiel unique de générer tous les types cellulaires du système nerveux central, ce qui fait d'elles un choix idéal pour remplacer différentes cellules perdues après une blessure, un accident vasculaire cérébral, ou diverses maladies neurodégénératives. Malheureusement, lorsque des cellules souches sont transplantés dans une zone endommagée du système nerveux, elles ne produisent pas toujours le type cellulaire approprié pour cette région.

Nous croyons qu'une meilleure compréhension des mécanismes cellulaires et moléculaires contrôlant comment les cellules souches neurales choisissent de générer un type cellulaire particulier ou un autre au cours du développement normal est essentiel pour concevoir des thérapies cellulaires plus sûres et plus efficaces. Au cours des dernières années, nous avons développé divers outils et approches expérimentales pour étudier ce problème dans le contexte de la rétine de souris, une partie simple et accessible du système nerveux central qui contient un nombre limité de types cellulaires générés par une population de cellules souches rétinienne. Nos projets se concentrent présentement sur l'élucidation des mécanismes permettant aux cellules souches de la rétine de produire les différents types cellulaires de la rétine, avec un focus particulier sur la production des cellules photoréceptrices, qui dégénèrent dans diverses maladies causant la cécité, comme par exemple la dégénérescence maculaire et la rétinite pigmentaire.

Nous utilisons la génétique de souris, des essais de culture cellulaires, et l'imagerie en temps réel sur tranches de rétine afin de comprendre ces mécanismes et mettre au point des approches de thérapies cellulaires améliorées visant à régénérer les photorécepteurs dans des modèles animaux de dégénérescence rétinienne. Nous espérons que ces travaux mèneront un jour au développement d'essais cliniques de remplacement cellulaires chez l'humain.