Comment l'environnement précoce interagit avec la susceptibilité développementale et le sexe de l'enfant pour modérer la trajectoire de la psychopathologie chez les enfants de 0 à 12 ans - du développement à la pratique

 

Ashley Wazana

CIUSSS du Centre-Ouest-de-l'Île-de-Montréal

 

Domaine : santé de la mère, des enfants et des adolescents

Programme Chercheurs-boursiers cliniciens - Senior

Concours 2019-2020

La différence entre les sexes figure parmi les résultats les plus robustes de la recherche sur les troubles psychiatriques. Avec la charge de morbidité la plus élevée au monde pour les troubles psychiatriques (par exemple, le TDAH et la dépression), la compréhension de ces différences pourrait être essentielle pour combler le fossé avec d'autres maladies chroniques dont la prévalence et l'incidence ont diminué. Les résultats associant expérience prénatale et psychopathologie fournissent des directions intéressantes. Les différences selon le sexe dans la réponse au stress prénatal sont également bien documentées dans le développement émotionnel précoce. Les différentes susceptibilités génétiques au stress prénatal sont également importantes. Enfin, l'environnement précoce (e.g., soins maternels) pourrait avoir une influence positive ou négative sur les effets des risques prénataux, du sexe et génétiques. Pour que des interventions rentables exploitent la neuroplasticité chez les enfants, une approche de développement aussi complexe est nécessaire pour identifier les personnes à risque. Ceci est plus poignant compte tenu de la disponibilité des interventions individuelles et familiales efficaces.

Ce qui manque n'est pas une liste de facteurs de risque, mais plutôt une connaissance précise de leur interaction pour prédire ceux les plus à risque. J'examinerai ces questions importantes grâce à la collaboration de cinq cohortes longitudinales internationales prolifiques (DREAMBIG project), au Canada (MAVAN, UBC), Royaume-Uni (ALSPAC), Pays-Bas (GENERATION-R) et Singapour (GUSTO). Avec des échantillons de 190-15290 sujets avec des données comparables sur l'exposition prénatale, les gènes, l'environnement précoce et le tempérament, ainsi que les troubles mentaux jusqu'au début de l'adolescence, je développerai un modèle complexe de prédiction qui soutiendrait les efforts de prévention et d'identification précoce des troubles psychiatriques. En parallèle, j'examinerai des échantillons d'enfants atteints de troubles psychiatriques traités pour déterminer si certains des mêmes prédicteurs de troubles mentaux précoces peuvent également être utilisés pour prédire la réponse au traitement.