Changements conformationels des glycoprotéines de l'enveloppe du VIH-1 : une approche structurelle/fonctionnelle pour comprendre la transition vers la forme liée à CD4 et l'identification des nouvelles cibles thérapeutiques

 

Andrés Finzi

Centre de recherche du CHUM

 

Domaine : Maladies infectieuses et immunitaires

Programme Chercheurs boursiers - Junior 1

Concours 2012-2013

Compréhension des mouvements des glycoprotéines de l'enveloppe du VIH-1 nécessaires à l'entrée virale

Il est estimé que dans le monde 33,3 millions de personnes vivent avec le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et le syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA). Seulement au Canada, approximativement 65,000 personnes vivent avec le VIH/SIDA et des milliers d'autres personnes sont nouvellement infectées chaque année. Pour se multiplier, le VIH nécessite en tout premier lieu d'entrer dans des cellules humaines. Pour ce faire, le VIH a développé une « clé » unique (glycoprotéines de l'enveloppe, gp120 et gp41) qui reconnaissent spécifiquement une « serrure » (récepteur CD4 et corécepteurs CCR5 ou CXCR4) à la surface de certaines cellules humaines (particulièrement des lymphocytes T CD4 et des macrophages). Cette « clé » a besoin de « tourner » (changements conformationels de la gp120 et gp41) dans la « serrure » afin de permettre l'entrée virale.

La prévention de la transmission du VIH nécessite des approches qui interrompent la phase précoce de l'infection. Si nous arrivions à bloquer la « clé » du virus avec des anticorps spécifiques ou de petites molécules inhibitrices, le virus serait incapable d'entrer dans les cellules et conséquemment, il serait incapable de répliquer. Toutefois, pour bloquer de façon efficace cette « clé » nous devons premièrement bien comprendre comment elle fonctionne. Le but de ce projet est d'avancer nos connaissances sur le mode de fonctionnement de cette « clé » et tout particulièrement, comprendre quels sont les mouvements et parties de la « clé » nécessaires à l'entrée virale. Ce projet avancera notre compréhension d'une étape critique dans le cycle de réplication du VIH, identifiera de nouvelles cibles thérapeutiques et a le potentiel de développer de nouveaux inhibiteurs contre la « clé » du VIH ainsi que de guider le design de vaccins efficaces contre ce virus.