Caractérisation des propriétés anticancéreuses d'extraits d'Asclépiade de Syrie

 

Sylvie Croteau

Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Sherbrooke [CHUS]

 

Domaine : cancer

Programme chercheurs de collège

Concours 2017-2018

La culture de l'Asclépiade de Syrie est en plein essor au Québec afin d'utiliser sa fibre, la soie d'Amérique, comme isolant thermique ou comme absorbant en cas de déversement de produits pétroliers. Mais cette plante indigène pourrait recéler un autre trésor : un nouveau médicament contre le cancer.
En effet, certains cardénolides (une classe de composés qui se retrouvent dans plusieurs plantes, dont d'autres variétés d'asclépiades) ont démontré in vitro (sur des cellules en culture) des propriétés anticancéreuses.

L'objectif de ce projet de recherche est de réaliser une purification bioguidée des constituants de l'Asclépiade de Syrie afin d'obtenir une molécule qui pourrait limiter la prolifération des cellules cancéreuses. Pour ce faire, les feuilles et le latex (le liquide blanc qui coule lorsque la plante est blessée) seront récoltés et soumis à divers procédés d'extraction et de fractionnement de leurs différents constituants. Chaque fraction sera testée in vitro pour sa capacité à limiter la prolifération des cellules cancéreuses. Les fractions actives seront elles-mêmes fractionnées et testées à répétition jusqu'à l'obtention d'une molécule pure.

Cette molécule sera alors analysée pour connaître sa structure chimique. De plus, elle sera testée in vitro sur une variété de types de cellules cancéreuses afin d'en préciser le potentiel thérapeutique. Finalement, une analyse pharmacologique permettra de connaître ses mécanismes d'action au niveau moléculaire, de manière à améliorer son efficacité en modifiant chimiquement certaines parties de la molécule.